Home » Bretagne »

 

Carte de l’année celtique

 

La croix celtique au centre symbolise les 4 éléments de la nature.

 

TERRE

Samain

1er nov.

NORD

Imbolc

1er fév.

Alban Arthuan

21 déc.

Solstice d’hiver

EAU

OUEST

Alban Elued

Equinoxe d’automne

 croix celtique

Alban Eiler

Equinoxe de printemps

EST

AIR

Alban Erruin

21 juin

Solstice d’été

Lughnasad

1er Aout

SUD

Beltaine

1er mai

FEU

La Bretagne est une terre de légendes et l’année celtique est rythmée par le cycle des éléments et des saisons pour que l’homme fasse alliance avec la nature. Les croyances celtiques sont très vivaces. Les rituels qui accompagnent chaque année les pardons de Bretagne ou les feux de St Jean, comme les cérémonies champêtres près des fontaines sacrées ou les processions autour des calvaires aux croisées des chemins, sont toujours d’actualité, mystérieux hommages celtiques à la nature.

L’année celtique commence à

Samain (1er novembre)

C’est le temps de la spiritualité, le temps du souvenir de ceux qui sont passés dans l’autre monde, le temps du bilan et le début d’un nouveau cycle.

L’Alban Arthuan
(lumière d’Arthur) marque le début de l’hiver, la pénombre qui annonce la clarté, l’espoir face à la nuit la plus longue, la mort qui appelle à la sagesse, celle de la terre,des arbres, des animaux, des minéraux.

L’imbolc
(1er février) fête la Triple Déesse, mère de tous les Dieux. Sous le nom de Ana, Belisama, Brigitt, Cerridwen, Dana, Macha, Epona… elle est le signe de la fécondité et veille sur le feu sacré, le feu domestique, le feu de la forge. Elle protège les foyers, les poètes et les guerriers. Elle leur donne du courage et de l’inspiration en attendant le renouveau du soleil. Le temps de la renaissance arrive, celui des perce-neige, de l’enfance aussi… Reine de la nature, elle a le pouvoir de faire reverdir le bois mort.

Alban Eiler
(lumière de la terre) marque une période de transition. Sur les talus brillent les feux des vieux piquants d’ajonc et les jeunes pousses renaitront parmi la cendre. C’est le temps de l’équilibre du jour et de la nuit, de l’arrivée du printemps, de la croissance retrouvée, de l’ouverture et de l’apprentissage. C’est le renouveau de la vie, le chant du coq pour que l’inspiration s’éveille et que les oiseaux s’envolent. Place à l’air.

Beltaine (1er mai)

inaugure la deuxième partie de l’année celtique. La nature est épanouie, le temps est venu de libérer l’énergie vitale, les forces créatrices, la sensualité et l’amour. Beltaine est l’occasion de rassemblements festifs où les jeux de force cohabitent harmonieusement avec l’art du chant et de la danse. Chaque année de belles fêtes étaient organisées près du géant de Cerne. Les couples y passaient la nuit pour conjurer la stérilité.

Alban Erruin (solstice d’été)
Les feux de la St Jean sont un hymne au soleil. C’est le temps de la force, de l’esprit et de l’humanité. Dès le matin on prépare le feu que l’on allumera à minuit, feu que l’on fait avec des gerbes d’ajoncs et qui brulera longtemps jusqu’au lever du jour, jusqu’au premier rayon du soleil. C’est l’esprit de la lumière, de la vie, que l’on glorifie en ce jour le plus long de l’année.

Lughnasad (commémoration de Lug)

est célébré le 1er Aout. C’est le moment de la maturité, le temps des moissons, des récoltes,des foires au bétail. Lug est le dieu celtique le plus important, le dieu-soleil. « Lug à la longue main » « Lug à la main d’éclair » « Lug à la longe lance » car sa lance est magique et redoutable. Il régit le monde, possède l’autorité, la puissance et le pouvoir. C’est une période propre à la méditation, à l’accomplissement, à la réalisation… c’est l’âge « mûr ».

Alban Elued (lumière de l’eau)

est le temps de l’équilibre, de l’amour, de la fertilité et de la compassion. On attend au bord de l’eau que vienne le crépuscule.